par Felix Burke

Rachel Pageau est une des rares athlètes qui combinent les trois disciplines de cross-country, enduro et DH. En 2018 elle craque le top 15 sur le circuit EWS avec une 12eme position à Olargues en France et une 13eme position à La Thuile en Italie. Elle termine également 25eme au championnat du monde de DH en Suisse. Originaire de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Rachel étudie en Kinésiologie à l’Université Laval et passe ces saisons de compétition à voyager le monde à la recherche de gloire et d’aventures!

Rachel Pageau
Canadian Open Enduro Whistler 2018

Canadian MTB : Tu es une athlète multidisciplinaire en plus d’une étudiante à l’Uni, c’est beaucoup de choses à garder en équilibre. Est-ce que tu as une stratégie particulière pour réussir à tous les niveaux?

Rachel Pageau: J’ai toujours un million de listes! Je fais beaucoup de listes de choses à faire, de plans, de calendrier et de planifications de buts et objectifs. Ça m’aide à garder les choses à faire en vue et de ne pas me mélanger dans ma tête.

CMTB : Tu a récemment changé de commanditaire, passant de Devinci à Pivot. Peux-tu nous expliquer ce que ça implique pour ta prochaine saison de course et comment le nouveau partenariat se déroule à date?

RP: 2019 sera plein de nouveaux pour moi, mon focus sera sur la descente puisque les championnats du monde et la finale de la Coupe du Monde sont tous les deux dans notre coin (Championnat du monde au Mont Saint-Anne et finale de la Coupe du Monde en Virginie). Je suis très excitée de ce nouveau chapitre avec Pivot, pleins de projets en vue!

CMTB : Quels sont tes plans pour la saison 2019?

RP: Un mix d’enduro et de descente est au menu. Coupe du Monde et Enduro World Series principalement, accompagné de Pro GRT, Crankworx, US Open, Championnats Canadiens…

CMTB : Tu as commencé ta carrière en cross-country, est-ce que les leçons apprises dans cette discipline te servent bien en enduro et en DH?

RP: Certainement. Je crois que la chose qui m’aide le plus et que j’ai acquise lors ma carrière de cross-country est la préparation. Que ce soit la préparation physique: être assidue et spécifique, la préparation mentale en vue d’un évènement, la planification d’une saison de course et la gestion des commanditaires et encore la préparation en vue de voyages internationaux… Le type d’effort et de parcours est différent en enduro ou en DH, mais l’événement et la préparation en vue de celui-ci sont semblables!

View this post on Instagram

Thanks to everyone who tried to scare me by telling me how scary and gnarly the @valdisolebikeland DH track is, especially in the wet. 😈 But turns out I think it’s absolutely sickoooo! Lovin big bike time more then ever eheh! 🤘🏽⚡️🦑☠️💥 Photo @andyvathis #hellyeah #prayforshell #fullsendshell #bigbikeshell . . @cyclesdevinci @julbo_eyewear @julboeyewearna @bellbikehelmets @dakine @chlorophylle @endurapparel @maxxistires @rockshox @srammtb @guruenergie @guruenergydrink #julboathlete #julboeyewear #endurapparel #cyclesdevinci #nature #photography #girlrider #outdoors #livingthedream #morekidsonbikes #hoponcanada #downhill #enduro #mountainbike #mountainlife #mtb #girlswhoride #girlsonbikes #thegoodlife #enjoyeachday #sweatsleeprepeat #veganathletes #studentathlete

A post shared by Rachel Pageau (@rachelpagou) on

CMTB : En tant que Québécoise tu dois faire face à une saison hivernale assez longue. Comment adaptes-tu tes préparatifs à l’hiver et comment réussis-tu à nourrir ta passion pour le vélo quand les sentiers sont couverts de neige?

RP: L’hiver au Québec n’est pas la saison optimale pour les cyclistes. Personnellement je suis en pleine session universitaire à temps plein alors ce n’est pas possible de m’exiler dans le sud. Pendant mes vacances et mes congés, j’essaie le plus possible d’aller dans des endroits où c’est possible de rouler; cet hiver ce sera principalement au Tennessee. Les jours de semaine, j’ai un horaire chargé alors mes entraînements sont principalement au gym et sur le rouleau pour minimiser le temps de préparation nécessaire. La fin de semaine j’essaie de faire de plus longues sorties à l’extérieur en ski de fond, ski hors-piste, raquettes ou fatbike. J’essaie aussi d’aller pratiquer mes habiletés techniques dans des skateparks ou bikepark intérieurs.

CMTB : Tu voyages beaucoup au cours de l’été, est-ce que tu as des techniques pour faciliter le voyagement ou rendre ça plus excitant? Des suggestions de musique ou de podcast?

RP: Je passe énormément de temps dans mon auto ou dans les aéroports et très souvent seule car je ne fais pas partie d’une équipe. La plupart du temps j’écoute simplement de la musique. Des listes différentes de Spotify selon le moment de la journée ou mon humeur. Dans mon auto j’ai aussi des vieux CD que j’aime bien écouter quand les listes de lecture viennent redondantes! J’en profite aussi pour appeler mes proches et mes amis pour les tenir au courant de mes déplacements et prendre de leur nouvelles, car ça peut être plus difficile à faire une fois arrivé au site de course. Chacune des courses que je fais m’excite et j’aime voyager et conduire alors je fais juste profiter du moment!

Report error or omission

Related

Leave a Reply